Les Débilos

Nous sommes en novembre. Niels est en 3ème.

La première fois que je l’ai rencontré, il était en 6ème. Jade l’avait bousculé en lui disant « dégage le nain ». Niels avait répondu qu’elle n’avait pas le droit de lui parler comme ça et qu’il allait le dire au Professeur Principal. Ce dernier avait fait venir Jade à la fin du cours pour lui demander de s’excuser, elle s’était exécutée du bout des lèvres. Les jours suivants elle avait fait la grimace à Niels à chaque fois qu’il croisait son regard. Niels s’en était plaint à ses parents qui avaient sollicité mon intervention. Une semaine après, Niels m’avait dit que Jade ne l’embêtait plus.

En 5ème, Florian et Noah s’était mis à lui frotter le dessus du crâne à chaque fois qu’ils passaient près de lui en lui disant « salut mon pote », alors qu’ils n’étaient pas potes du tout ! Niels avait prévenu qu’il le dirait à un surveillant s’ils n’arrêtaient pas. Ils avaient continué. Le surveillant avait expliqué à Florian et Noah que ce n’était pas drôle et que Niels en avait assez. Les garçons avaient répondu : « ça va, c’est juste pour rire ! ». Florian et Noah avait cessé de frotter le dessus du crâne de Niels, mais s’étaient amusés à le faire sursauter en se cachant dans les couloirs et en criant « BOU ! » quand il arrivait. Niels était revenu parler au surveillant. Le surveillant avait mis une observation dans le carnet de Florian et Noah : « importune régulièrement un autre élève ». Ils avaient râlé en disant que c’était pour rire, mais s’étaient arrêtés.

Chaque année, le scénario des malheurs de Niels était le même :

  1. Un pénible (pas toujours le même) venait importuner Niels.
  2. Niels disait « arrête » et demandait à un adulte d’intervenir pour stopper le pénible.
  3. L’adulte agissait (médiation, réprimande, punition), le pénible était neutralisé. Le problème du moment était réglé, et puis un autre pénible arrivait…
  • Les surveillants m’ont dit que tu voulais me voir Niels, que se passe-t-il ?
  • Toujours pareil, j’en ai marre, mes parents m’ont dit que si vous ne faisiez rien, ils iraient porter plainte.
  • Sacha a recommencé à t’insulter ? (Le dernier pénible s’appelait Sacha, il avait traité Niels de Cassos pendant plusieurs jours)
  • Non, lui, il a arrêté, c’est enfin monté jusqu’à son cerveau ! Maintenant, c’est Erwan et Hakim. Leur nouveau jeu, c’est de m’empêcher de sortir des toilettes.
  • Franchement débile comme jeu, c’était quand la dernière fois ?
  • Bah hier pendant la demi-pension. Quand j’ai essayé de sortir des toilettes, ils ont bloqué la porte.
  • Tu te rappelles quand ils ont commencé ?
  • Je ne sais pas, on va dire avant les vacances.
  • Ok, ça fait donc à peu près un mois que ça dure. Tu as été vachement courageux de supporter ça si longtemps !
  • C’est surtout que je sais que venir ici, ça ne sert pas à grand chose, mais là, je suis saoulé !
  • Je suis vraiment désolée de ne pas réussir à mieux t’aider. Est-ce que tu peux me raconter ce que tu as essayé de faire, toi, pour qu’ils arrêtent ce jeu stupide ?
  • La première fois qu’ils m’ont bloqué, j’ai escaladé, et je suis sorti par l’autre toilette. J’ai couru pour m’échapper.
  • Super malin ! Et du coup, ils ont fait quoi, eux ?
  • Ils ont rigolé comme des abrutis. La fois d’après, ils ont aussi bloqué les toilettes d’à côté. J’ai poussé à fond sur la porte, mais ils sont plus forts, alors maintenant j’attends qu’ils partent.
  • Ils sont vraiment lourdingues !
  • Trop !
  • Est-ce que tu as un peu réfléchi à ce qu’on pourrait faire pour régler ce problème ?
  • Ça, c’est à vous de le dire. Moi je ne peux rien faire.
  • Ah tu crois ? En même temps, je comprends que tu te sentes impuissant, en plus ils sont deux contre un. Je veux vraiment t’aider et j’aimerais bien trouver une solution plus durable. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais ce serait chouette si on réussissait à faire en sorte qu’aucun autre Débilos ne prenne le relais cette fois.
  • Il faudrait qu’ils soient moins bêtes !
  • Le problème Niels, c’est que des imbéciles mal intentionnés, tu en croiseras toujours, au lycée, et peut-être même après…
  • Super ! C’est vachement réconfortant !
  • Rassure-toi, sur ta route, il y aura aussi plein de gens formidables ! Mais je te mentirais si je te disais qu’après le collège, tu ne rencontreras plus jamais de crétins… Tu pourras peut-être encore trouver des personnes pour les contraindre à se comporter différemment. Mais j’ai l’impression qu’à chaque fois qu’un autre intervient dans la relation que tu as avec les imbéciles, ceux qui regardent se disent que tu es une cible idéale. D’ailleurs, je me demande ce que les imbéciles feraient si tu ne trouvais personne pour s’interposer…
  • Ben ça serait pire !
  • Pire comment ?
  • Ils n’auraient plus de limite !
  • Horrible…
  • C’est pour ça que vous devez faire quelque chose !
  • Tu aimes lire ?
  • Des BD ouais, mais je ne vois pas le rapport…
  • Je voudrais te prêter un livre qui pourrait peut-être t’intéresser. C’est un peu comme une BD. Ça raconte des histoires d’élèves qui ont à peu près les mêmes problèmes que toi, avec des adultes pas supers efficaces pour trouver des solutions…
  • Ben du coup, ils font comment ?
  • Ils apprennent à gérer les imbéciles, c’est comme s’ils développaient un nouveau super pouvoir pour les repousser. Ils sont supers courageux parce que ce n’est pas facile. Je te laisse découvrir et je te propose de revenir la semaine prochaine.
  • Et pour Erwan et Hakim ?
  • Tu ne veux pas attendre d’avoir lu le livre pour qu’on décide ensuite comment régler le problème ?
  • Ah non, sinon mon père va se mettre en colère, il va les attraper à la sortie !
  • D’accord, je ferai de mon mieux pour ne pas aggraver la situation en intervenant. Tu préfères que je les rencontre sans toi ou avec toi ?
  • Je préfère ne pas être là.
  • Tu viendras quand même me donner des nouvelles la semaine prochaine en me rendant le livre ?
  • Ok.

Niels est revenu la semaine suivante. Erwan et Hakim avaient arrêté de lui bloquer la porte des toilettes. Il a posé le livre sur mon bureau.

  • Alors ? tu l’as trouvé comment ce livre ?
  • Je me suis arrêté à la page 15
  • Ah bon ? Qu’est ce qui s’est passé ?
  • C’est nul votre truc, en gros il faut qu’on se débrouille tout seul, les adultes ne font rien.
  • C’est dommage que tu ne sois pas allé plus loin… Moi j’ai plutôt compris que les adultes étaient là, à côté, pour aider les élèves à trouver des solutions à leurs problèmes et à les appliquer eux-mêmes.
  • Ben moi je n’y crois pas au truc de la répartie boomerang. C’est aux adultes de faire la loi…
  • D’accord Niels. Ecoute, le livre est ici, sur mon étagère, et moi je suis là, dans mon bureau, alors si tu changes d’avis un jour, et que tu décides d’apprendre à gérer les imbéciles, tu pourras compter sur moi… Enfin, jusqu’à la fin de l’année puisqu’après, toi, tu iras au lycée. Moi, je suis condamnée à redoubler mon collège…
  • Toute une vie au collège ! Trop naze !
  • Trop !
  • Bonne journée Madame, et merci pour Erwan et Hakim.
  • De rien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :