Tu m’fuis, j’te suis, tu m’suis, j’te fuis

Soan m’est envoyé par une surveillante un jeudi pluvieux de novembre. Après avoir fait l’appel en étude, elle avait remarqué que de grosses larmes glissaient sur les joues de Soan. Elle s’était alors levée, mine de rien, avait lentement traversé la salle d’étude, mine de rien, adressant quelques mots aux uns et autres pour neLire la suite « Tu m’fuis, j’te suis, tu m’suis, j’te fuis »